Jardinage en musique

Publié le par Anne Delacharlerie

Neuf heures du matin dans une rue ombragée tout près du Rio, dans les beaux quartiers de la banlieue nord de Buenos Aires. Le jardinier, comme toutes les semaines, sonne à la grille de l’imposante villa.

Personne ne répond.

Il insiste.

Toujours rien.

La mucama n’est-elle pas encore arrivée ?

Ou bien lui intime-t-on de laisser poireauter le negro, accaparée qu’elle est par le service du petit-déjeuner ?

Ou bien encore a-t-on négligé d’informer le Péruvien qu’on resterait au campo ?

Il a tout son matériel dans sa guimbarde, il ne veut pas avoir complètement perdu sa matinée. Alors, il attrape un sécateur, grimpe sur le muret, et entreprend de tailler les branches de la haie qui dépassent à travers la grille.

Las ! Il est bientôt détecté par les caméras de sécurité, et l’alarme se déclenche… Le voisinage en est quitte pour plusieurs minutes – ou plusieurs heures- de sonnerie stridente, mais le jardinier, lui, placide, poursuit sa tâche comme si de rien n’était.

 

(mucama : femme de ménage - negro : homme de type non-européen à la peau mate - campo : campagne)

Publié dans Argentine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :