I cry for you Argentina (suite)

Publié le par Anne Delacharlerie

Malgré tout l’Argentine va nous manquer.

Les empanadas d’abord, les pâtes fraîches, la glace de mousse de chocolate (dire moussé dé tchocolaté), les submarinos, les alfajores, le café, le vin de Mendoza.

Les caricatures et la photo qui parle de Nik dans La Nación, et puis le chat Gaturro.

Le couturier au coin de la rue et les livraisons à domicile, du pain, du yaourt et des légumes, et même des croquettes du chat !

L’espagnol savoureux des Argentins, histoire de ne pas oublier qu’ils ne sont jamais que des Italiens parlant castillan, che ! (« tché » comme disait aussi un Argentin célèbre du nom d’Ernesto Guevara)

Les immensités inhabitées et les paysages grandioses de fin du monde en Patagonie.

Et puis la lumière.

Et le soleil d’hiver. Car comme le disait Fille Aînée tout à l’heure : à Buenos Aires, il fait presque plus beau en hiver. Et en plus ça rime…

 

Publié dans Argentine

Commenter cet article

Loic 09/04/2010 18:15


Le monde est beau et les jours heureux ne s’oublient pas. Après… la France ou un autre endroit du monde, peut-être ! Amicalement