Cambouis pas sexy : il n'y a pas que moi qui le dis.

Publié le par Anne Delacharlerie

"Mais, voilà, les grandes écoles ont aussi un lourd passif. Ces dernières années, les essais et les prises de position critiques pleuvent contre un système qui a du mal à s'ouvrir à de nouveaux publics, qui formate et reproduit les élites, et qui mène peu de recherches. Pis, les ingénieurs formés dans les meilleures grandes écoles d'ingénieurs ont plus alimenté ces dernières années les salles de marchés que les ministères ou les entreprises de construction ou de production. Avec les conséquences que l'on connaît."
(extrait de
Grandes écoles : un modèle en danger sur lemonde.fr)

Publié dans Journal

Commenter cet article