Bon droit cycliste

Publié le par Anne Delacharlerie

Il y a un côté jugulaire-jugulaire, règlement-rouleau-compresseur-je-suis-dans-mon-bon-droit chez les Allemands qui conduit parfois à des situations cocasses, voire carrément comiques.

L’autre jour je courais le long de la levée sur les bords de la Nidda, qui se jette dans le Main au pied du très beau quartier médiéval de Höchst. Des cantonniers travaillaient et barraient tout le chemin de leur camionnette : d’un côté, un mur, de l’autre, la berge, très pentue. Je suis passée avec précaution côté rivière. Mais un monsieur qui arrivait lui à vélo, furieux de ne pouvoir passer et fort de son bon droit - car à Francfort le vélo est roi - s’est mis à invectiver les ouvriers, des pauvres gars venus des ex-pays de l’Est, tout aussi sûrs de leur bon droit de travailleurs.

Et le cycliste de vociférer, d’empoigner son téléphone portable (pour appeler… la police ?... ou la télé ?... ou la mairie ?) et de se mettre juste devant le capot de la camionnette, histoire de lui interdire de bouger. Alors les cantonniers, eux aussi vociférant, se sont mis à klaxonner à ‘bout portant’ dans les oreilles du cycliste, histoire de lui faire libérer le passage !

Kafkaïen…

Publié dans Allemagne

Commenter cet article