Confinement - 10 mai 2020

Publié le par Anne Delacharlerie

(Traduction libre d'un article éclairant)

Coronavirus en France

Peur du virus et colère contre le gouvernement

 

Heureux de l'assouplissement du couvre-feu ?  En France, beaucoup de gens en ont plutôt peur.  Et contrairement à ce qui se passe dans d'autres pays, la confiance dans les dirigeants politiques ne s'accroît pas pendant la crise.  Pourquoi en est-il ainsi ?

Par Martin Bohne, ARD Studio Paris

Presque aucun autre gouvernement n'a imposé des restrictions aussi importantes à la liberté de circulation de ses compatriotes que le gouvernement français.  Et ce n'est que lundi que la première détente hésitante entre en vigueur.  Mais les Français acceptent ces restrictions sans se plaindre, avec une grande approbation.  Les mêmes Français, qui sont généralement si prompts à se rebeller et qui ont mis leur gouvernement sous forte pression dans les mois précédents avec des protestations de masse et des grèves continues.


Nombreux sont ceux qui craignent la contagion

Des enquêtes montrent à quel point la peur du coronavirus est répandue en France.  Alors qu'un Allemand sur quatre seulement déclare avoir une grande ou très grande peur de l'infection, ce chiffre dépasse 60 % en France.  C'est pourquoi une majorité d'entre eux s'inquiète également de l'assouplissement imminent des restrictions initiales.

"Cette détente inquiète les deux tiers des Français.  Cela est notamment dû à la situation dans les écoles et dans les transports publics", explique le sondeur Bernard Sananès sur la chaîne de télévision BFMTV, "80 à 90 % des personnes interrogées ne pensent pas que les règles de distance requises puissent y être respectées.  Et deux tiers des Français estiment que le gouvernement a mal préparé le pays au relâchement.


Faible confiance dans le leadership politique

Tout comme les Français ne sont pas du tout bien disposés envers ceux qui les gouvernent.  Brice Teinturier, directeur de l'institut d'études d'opinion Ipsos, parle d'une véritable particularité française : "Les Français ont très peu confiance dans leur leadership politique et dans la façon dont il gère la crise dun coronavirus.  Beaucoup moins qu'en Allemagne et moins même que dans la plupart des autres pays".

En France, selon une enquête d'Ipsos, seuls 38 % sont satisfaits de la gestion de la crise par le gouvernement, en Allemagne, ce chiffre est deux fois plus élevé, et même l'Italie, qui a été particulièrement touchée par l'épidémie, a un taux de satisfaction plus élevé que la France, soit 55 %.


La mauvaise image de Macron

Dans les périodes de crise difficiles, la confiance dans les dirigeants politiques s'accroît généralement.  Cependant, le président Emmanuel Macron n'a pu bénéficier de cet effet que pendant une courte période.  Entre-temps, sa popularité est presque retombée à son niveau d'avant la crise.  Dans six pays européens, Ipsos a fait évaluer leurs dirigeants respectifs.  Macron est de loin le plus mal loti, loin derrière le Premier ministre italien Giuseppe Conte ou le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Le sondeur Brice Teinturier estime que les résultats de la crise du coronavirus ne peuvent à eux seuls expliquer cela : "Ses politiques, les réformes qu'il a engagées, sont rejetées par une grande partie de la population.  Et puis sa personnalité joue aussi un rôle.  Une majorité l'accuse de réserve, d'autoritarisme et d'arrogance."


Les Français pessimistes

Mais comment se fait-il que les Français soient si hostiles à leurs leaders politiques ?  Ce n'est pas seulement le cas particulier de Macron, dit Teinturier :

"C'est aussi une particularité française.  Les Français sont très pessimistes, beaucoup plus pessimistes que les autres.  Tant en ce qui concerne leurs perspectives d'avenir personnelles que celles du pays.  C'est très profond en nous, le sentiment que la France est en déclin - surtout dans le miroir d'un passé qui est perçu comme glorieux.  Il y a beaucoup de choses qui font peur aux Français.  La politique et la société sont très polarisées.  Tout cela existait bien avant la crise dun coronavirus et cela rend la vie difficile à tous les gouvernements".

Les Français attendent de leur État qu'il réglemente tout.  En même temps, ils se rebellent constamment contre les élites de l'État.  Une chose qui effraie les Français, par exemple, c'est l'ouverture des frontières.  Dans un sondage, 55 % des personnes interrogées étaient favorables au maintien de la fermeture des frontières avec les États européens voisins - même après la pandémie.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Autistiquement vôtre,

Aspie Rine

 

Publié dans Confinement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :