Dans ma tête

Publié le par Anne Delacharlerie

Je ne savais pas que "trop" penser avait un nom : la surefficience mentale. 

Extrait :
Ils sont sensibles au ton employé, aux mots prononcés, aux expressions du visage, à la gestuelle de leur entourage. Ils pressentent instinctivement les intentions cachées de leurs interlocuteurs. C’est souvent très frustrant pour eux de percevoir une foule d’informations et de se heurter au déni des proches qui ne les ont pas perçues. « Mais non, tu te fais des idées ! », « tu exagères ! » entendent-ils souvent…

Du vécu ! 
Et les faits finissent par me donner raison, des années plus tard parfois. 
Il m'a fallu plus d'un demi-siècle pour m'apercevoir que mon détecteur de pensées et d'intentions cachées est infaillible. 
Et maintenant, je l'écoute... mais je me tais !! 
En attendant.
 

Publié dans Aspergirl and co, Journal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :